Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du chardon varois
  • : Actualité politique, locale régionale et nationale. Apportez vos idées, vos critiques, participez activement à votre devenir.
  • Contact

chardon.varois

 C69600-111.GIF             L'ecole de ma jeunesse.
             Je suis de la génération, de ceux qui ont fréquenté l'école publique  des garçons  pendant les années 45/55,  dans ma région de Provence, dans une ville garnie de palmiers . Pas  de cantine scolaire ou peut-être pas de moyen financier pour régler  celle-ci ?

. La rentrée l : le  matin 8h30 /11h 30,  l'après-midi 13h30 /16h30 (Le jeudi et le dimanche  campos...Bref, nous avions 6h de cours par jour entre-coupées de moments de récréation. Un seul chef, l'institueur et qu'il ne fallait surtout pas être présenté pour un motif de discorde. 
Les disputes, les bagarres les réglements de compte allaient bon train pendant les récréations et parfois dans les couloirs conduisant à la salle de cours. Lorsque les coups reçus étaient  tros durs à supporter, l'ont s'arrangeaient, pour se retouver à la sortie de l'école pour régler nos comptes. .Les instituteurs, professeurs, faisaient offices  de surveillants, lorsqu'ils nous épinglaient en train de nous battre, la sanction était immédiate : "Retenue pour les antagonistes"...C'est à dire au lieu de quitter l'école à la cloche de 16h30, il fallait rester 1 heure de plus avec obligation de faire les devoirs du soir.... Le bagne ?.....Non la simple mise en condition, pour pouvoir vivre plus tard en société. En plus, il fallait en arrivant au domicile justifier une rentrer tardive.
 Le seul  endroit ou nous n'osions pas nous chamailler ,  le jeudi,  au cathéchisme, où tous les enfants du quartier se retrouvaient.
 Dans notre école, il y avait des blancs et ceux  que nous appellions "les bicots" en très petite minorité...Enfants issus des familles musulmanes dont les pères avaient participé à la dernière guerre, comme soldats de l' Armée d'Afrique...Eux, nous appelaient les "Patos" français de souches.. .A aucun moment de  cette période, il n'y a trace de racisme, d'islamisme, d'antisémisme. Les enseignants n'étaient pas encore passés par la folie destructrice de 1968, ou il a été décidé "Mr COHN BENDIT" doit s'en souvenir, qu'il est interdit d'interdire...Nous voyons aujourd'hui le résultat...Personne ne contrôle plus rien, les seuls endroits où les établisssments scolaires semblent être encore à l'abri de la délinquence se sont les écoles privées, catholiques, juives et  musulmanes.    Le seul endroit ou la police n'a pas encore été appelée. Du moins à ma connaissance. , peut-être est-ce le résulat d'une sélectivité ou chaque communauté se replie sur elle même. Alors si c'est cela, adieu la France, telle que nos parents, grand parents, se sont battus pour nous laisser un héritage que nous ne savons pas conserver.
Inutile de rêver tout éveillé les fiers  et rudes Gaulois de Charles Martel,  ont  disparu ! 732 ne reviendra pas.
                                                                                               -0000-
Je suis de droite et le revendique : (09.10.2009)

    En FRANCE, l'opinion politique est très majoritairement à droite. C'est normal: ! Quel avenir peut  avoir le socialisme marxiste à notre époque. Il suffit de constater les dégâts commis dans les pays ou il a été en vigueur.

Un pourcentage important  (72%) de français  estiment que les syndicats doivent être financés uniquement par les cotisations de leurs adhérents, et non par des subventions des contribuables.....Normal non ?
Plus de 80% de Français considèrent que le niveau élevé des dépenses publiques n'est pas favorable à l'emploi...Une évidence!
Beaucoup restent favorables à la peine de mort pour les violeurs d'enfants récidivistes ou pour les terroristes.  La  liste  
n'est  exhaustive.
Une    écrasante majortié est hostile à l'adoption d'enfants mineurs par des couples homosexuels..Un enfant doit grandir avec des repères un homme pour père, une femme pour mère.
La liste pourrait être encore plus longue, en y ajoutant tous ce que les français, souhaitent et réclament.

     Pourant depuis 30 ans; notre pays a toujours été gouverné soit par la gauche, soit par des gouvernements soi-disant "de droite" mais ayant   mené pour l'essentiel, une politique de gauche! C'est ce que j'appelle la " fausse droite".

La raison de cette situation ? :

 Parce que  si la gauche est minoritaire dans l'opinion elle est ULTRA-MAJORITAIRE dans les médias. Envrron 80% des journalistes votent à gauche et même parfois à l'extrème gauche. Ils pensent à gauche et ils écrivent à gauche et vous savez bien que les politiciens sont extrêment sensible à l'opinion des médias.




                                                                                                                                          C.V

Emprunt ou pas Emprunt ?

               
Le Président de la République a  fixé l'emprunt de l' Etat à 35 millards d'Euros !..Folie , dirons certains, une France très endettée , au bord de la faillite qui emprunte à nouveau c'est suicidaire.

                 Si la France n'empruntait pas elle n'existerait plus au 1er octobre, géré comme il est notre pays n'a plus un sou pour payer ce qu'il doit payer pendant les trois derniers mois de l'année. Sans emprunt, les fonctionnaires de toutes catégories, les militaires, les magistrats etc. ne seraient plus payés. Les entreprises publiques toutes en déficit ne recevraient plus d'allocations. Il n'y aurait plus de train, plus de RER, plus de métro, plus de postes, plus d'indemnités pour les 3 millions de chômeurs, plus de sécurité sociale, plus de sécurité tout court, plus rien. Ce serait dans les quinze jours la guerre civile et le grand soir du pillage général qu'attendent les immigrés depuis tant d'années. Sommes nous donc  victimes d'une fatalité  inexorable ?
Eh bien pas du tout. En 1974, le budget était en équilibre. Ce fut la dernière année. La dette publique était inexistante impérativement proscrite par le Général de gaulle  (encore lui ;) qui rejetait l'idée d'être le Chef d'un Etat débiteur et mendiant. C'est dire qu'une saine gestion  est tout a fait possible à la condition que l'on utilise pas les deniers de l'Etat qui proviennent de l'impôt versé par les particuliers et les entreprises pour alimenter une démagogie électoraliste tous azimuts.

                                                    ------------------------------00000000000000000-----------------------------------------




 Le terrorisme.

DEVRONT-ILS INTERVENIR ENCORE UNE FOIS, MAIS EN METROPOLE CETTE FOIS ?







notre-dame depart



bouton sita




 

  

 


Recherche

TEXTE LIBRE

                          Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses idées,  et celui  de recherche, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations par quelque moyen que ce soit.
(Déclaration internationale des droits de l'homme par l' ONU, le 10 Décembre 1948)
               


                                   Le système démocratique français, s'il présente les apparences immaculées de l'équité, écarte volontairement une partie de son électorat par divers tripatouillages: Découpage savant des territoires, refus obstiné de la proportionnelle, alliances  et  mésalliances, etc. Le résultat ? La mouvance dite de droite nationale, qui a représenté jusqu"à un électeur sur cinq, et qu'on tient pour un ramassis de citoyens de seconde zone, est absente  des  instances démocratiques depuis vingt-cinq ans. Même si l'on est adversaire de ce camp, comment justifier un tel apartheid?
                                                                                                            Grégoire DUHAMEL, Rivarol 22.01.09

                                   Nous courons sans souci dans le précipice, après que nous avons mis quelque chose devant nous pour nous empêcher de le voir.

                            Blaise PASCAL philosophe 1623 -1662    



                                                                 Charles Martel-copie-1

                                                      konk2.jpg

                                                          

DHIMMI SHOW

 Dhimmi Show

Vu sur Fdesouche :

Nous ouvrons une nouvelle rubrique pour "récompenser" les serviteurs fidèles et zélés de l'islamisation du continent européen, le Dhimmi Show.

Dhimmi : Un dhimmi est, selon le droit musulman, un non-musulman ayant conclu, avec les musulmans, un traité de reddition (dhimma) déterminant ses droits et devoirs.

A comparer, l'attitude de ce dhimmi qui usurpe le poste de ministre de l'identité nationale avec celui d'un résistant comme le cardinal Miloslav Vik, rebelle d'or du mois de janvier.




Eric Besson, ministre de l’immigration et de l’identité nationale, hier en visite dans la cité des 4000 à La Courneuve :

« la France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble.
Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France de métissage »

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


1 janvier 2021 5 01 /01 /janvier /2021 16:38
 
 

Comités France Libre (CFL)

17ème MESSAGE DU GENERAL CHRISTIAN PIQUEMAL

Président du CERCLE DE CITOYENS PATRIOTES (CCP)
Président de l’OBSERVATOIRE DU RISQUE GENOCIDAIRE (O.R.G.)

paroles-de-francais-logo.jpg (550×254)


1er JANVIER 2021

LIBRES OU SOUMIS !


Après les vœux d’espérance de Noël, ceux de l’An Nouveau ne peuvent hélas que laisser place, en grande partie, au bilan catastrophique de cette année 2020 terrifiante, traumatisante et cauchemardesque.

Au seuil de cette nouvelle année 2021, je tiens à vous exhorter avec force à la résistance contre cette gouvernance délétère et ses « gestes barrières », et à lutter contre toute muselière et œillère face à une doxa d’État devenue folle et contraire au respect des droits naturels, à commencer par les plus inaliénables, ceux de respirer et de se déplacer librement.

Avoir rétabli les « ausweis », retoqués en « attestation de circulation », restera pour les générations de la guerre, le suprême outrage ! Mais le travail de dislocation de notre société ne s’arrête pas là !

Le bilan ne doit pas mettre en évidence simplement ce que le pouvoir et sa propagande de masse ont réussi à mettre plus bas que terre, mais surtout d’évaluer notre seuil d’acceptation. Comment ne pas mépriser la classe journalistique et s’insurger contre les médias vecteurs d’angoisse et de propos asservissants pour un peuple souverain réduit à l’état d’enfant au sens originel « qui ne parle pas » ?

En cette époque de farce tragique où toutes les valeurs ancestrales sont mises plus bas que terre, en particulier le respect dû à l’autorité morale des Anciens, permettez à l’homme que je suis, né en décembre 1940, de vous déclarer tout net que si nous ne prenons pas le taureau par les cornes nous sommes condamnés au servage.

Le servage moderne sera propre et net pour nos élites en roue libre : ce sera un servage encadré d’une main de fer par l’intelligence artificielle. Sera ? Non réveillez-vous si vous n’êtes pas encore sorti de votre coma médiatique ! La camisole de force nous encercle déjà !

Je vous propose, pour faire le bilan de cette année 2020, une nouvelle unité de mesure : l’échelle de la soumission du peuple. Avec franchise, posez-vous les questions suivantes afin d’évaluer objectivement votre indice de soumission :

  • 1 – Je me suis fait tester sans me dire que je collaborais avec le gouvernement pour faire régner la psychose des chiffres.
  • 2 – Je fais entièrement confiance à la doxa gouvernementale et médicale et reste sourd aux sommités médicales qui refusent de plier devant la dictature pharmaceutique.
  • 3 – Je ne lutte pas pour sauver le débat contradictoire dans notre pays en acceptant de taxer de complotisme tout ce qui s’oppose à cette dictature de la pensée. Par mon comportement servile la démocratie recule !
  • 4 – Je ne résiste pas au danger éthique et ontologique d’un vaccin de type ARN Messenger.
  • 5 – Je ne me demande pas si les tests PCR, au départ tests vétérinaires, ont pu servir de base de données à la réalisation de ce vaccin dont la vitesse de mise en circulation est sujette à caution (un fichage génétique a-t-il été rendu possible ?)
  • 6 – Je refuse de me poser des questions sur l’apparition plus que suspecte de ce virus et sur la dictature biométrique qui se met en place, notamment le traçage.
  • 7 – J’accepte, comme au bon temps de l’Union Soviétique, qu’on interne des compatriotes qui osent braver le diktat politico scientifique en place.
  • 8 – Je ne saisis pas que la situation médicale avec l’Angleterre est de toute évidence une passe d’armes, dans le cadre du Brexit, qui se passe sous nos yeux sans aucune assistance des automobilistes et routiers pris dans cet étau inhumain en plein hiver.
  • 9 – J’accepte que le vaccin soit administré à des personnes vulnérables, servant éventuellement de cobayes, dans les EHPAD, dont l’exercice du consentement ne peut que laisser dubitatif en particulier pour ceux mis sous tutelle.
  • 10 – En faisant prioritairement mes commandes par internet, je participe à la destruction de l’ancien monde, du petit commerce et à la mise en place de la dictature numérique.
  • 11 – J’ai oublié que l’année 2019 s’est achevée dans un contexte d’attentats et de projet de rachat des retraites des Français par les fonds de pension américains, notamment Black Rock (1er actionnaire des laboratoires Gilead impliqués dans le traitement du Covid…).

=> Vous avez répondu non à toutes les questions : bravo vous êtes un vrai résistant exemplaire qui fait face et tient tête à l’oligarchie au pouvoir.

=> Entre 7 et 9 réponses négatives : vous êtes sur la bonne voie, mais vous devez encore vous détacher de la férule gouvernementale.

= > Entre 4 et 6 non : des capacités acceptables de résistance, mais il va falloir lutter contre votre peur afin de garder votre libre arbitre.

= > En dessous de 4 : vous êtes bons pour le servage tout court !

Cette année 2021 sera une année décisive.
Il s’agira d’opter entre l’acceptation de la tyrannie gouvernementale et la farouche opposition à la dictature qui se met en place et ne reculera devant rien pour attiser le feu entre nous au sein même de nos familles.
Il y aura d’une part les Bons citoyens soumis, serviles, crédules, élevant la science au niveau d’une religion et d’autre part les Mauvais citoyens insoumis et lucides donc complotistes, méprisables et dangereux.

Notre constitution est bafouée ! Allons-nous continuer à être des pantins électoraux soumis à une oligarchie maquillée en démocratie ? Non, nous ne pouvons accepter cette imposture !

Pour cette année 2021, je vous souhaite d’inspirer à pleins poumons pour vous régénérer corps et esprit et résister à ce mondialisme sanitaire qui n’a qu’un but : nous terroriser, nous infantiliser, nous avilir, nous endoctriner à l’intelligence artificielle, puis nous chosifier, et enfin nous momifier !

On peut ne pas le croire mais ces fous qui nous gouvernent se prennent pour des demi-dieux. Ils veulent anéantir l’ordre naturel pour faire de nous des esclaves. Pour cela, il leur faut détruire nos racines chrétiennes.  » Ni maître, ni esclave  » nous a déclaré le Christ. Vivre libre et souverain n’est pas négociable.

Aussi, je lance pour ce début 2021 une refondation du Cercle de Citoyens Patriotes en un Cercle des Patriotes Souverainistes, le mot « citoyen » étant devenu le levier de notre oppression et endoctrinement quotidiens.
Je vous invite donc, en cette année 2021, à lutter pour restaurer la souveraineté perdue du Peuple en conviant vos maires à des conseils du peuple.

Nous devons exiger un référendum sur la gestion du Covid qui masque la déliquescence de notre société.
Nous ne pouvons pas devenir ces rats de laboratoire de l’opération « résilience » lancée par Emmanuel Macron, naufrageur de notre pays.

Patriotes convaincus aimant la France, provoquez des réunions publiques sur les places, sur les parvis, en respectant le diktat sanitaire ambiant mais en écrivant vos doléances sur un cahier communal !
Saisissez-vous, dans vos entreprises, des registres sanitaires et sécuritaires afin d’écrire ce que cette dictature sanitaire nous fait subir !
Défendons la Vox Populi ou nous mourrons !

Tous les peuples peuvent être unis face à l’oppression de leur pays respectif. Croyons en l’union des peuples frères.
L’État écrase le Peuple.
La République foule aux pieds la démocratie.
Les élections nourrissent l’oligarchie.
La République est en marche contre la France !

Alors, ensemble, avançons pour la reconquête de notre liberté et de notre souveraineté ! 

Torturer le Peuple impunément ? Non !
L’assigner à résidence comme un serf ? Jamais !
Vive la véritable liberté ! Pour la retrouver, la solution ne se trouve pas dans les urnes. Le salut de la France ne peut venir que du Peuple et pas de la classe politique, quelle qu’elle soit !

Que la devise du Maréchal de Lattre de Tassigny « NE PAS SUBIR » nous aide à faire front ensemble !
Que l’année 2021 apporte à tous les Patriotes la volonté de résister, lutter, afin de vivre !
Coude à coude, main dans la main, levons-nous, avançons, marchons pour retrouver notre liberté !

Car c’est Debout que l’on écrit l’Histoire !

Christian Piquemal
Président du CCP (Cercle de Citoyens Patriotes / Cercle des Patriotes Souverainistes)
Co-Président de l’ORG (Observatoire du Risque Génocidaire)

1er janvier 2021

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2020 4 31 /12 /décembre /2020 09:24

Lettre ouverte à Madame le maire de Saint-Seurin-sur- l’Isle
 

« Les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît » (Michel Audiard)

Madame le maire, Madame l’amère

Dans nos coutumes judéo-chrétiennes, on a toujours respecté les morts. On les respecte, d’ailleurs dans presque tous les pays, dans toutes les civilisations, aussi primitives soient-elles.  

Et chez les gens civilisés, même chez ceux ayant peu d’éducation, on ne tirerait pour rien au monde sur une ambulance, et encore moins sur un corbillard. 

Il faut remonter bien loin, durant l’une des périodes les plus sordides de notre histoire, pour voir des élus du peuple profaner des sépultures ou des monuments aux morts. Précisément, au 6 août 1793 : ce jour-là commença la profanation des tombes de nos rois de France par les suppôts de la furie révolutionnaire. Cet épisode peu connu (et peu glorieux !) Notre histoire a duré presque trois mois. Les profanations de sépultures royales ont cessé le 25 octobre 1793.  

Après la seconde mort de nos rois, il ne restait plus aux valeureux fils du peuple qu’à rendre compte à la Convention de l’accomplissement de leur mission. Ils y allèrent en délégation. En tête marchait, titubant, Pollart, maire de Franciade (nouveau nom de Saint-Denis), curé défroqué.  Le suivaient, assis sur des ânes auxquels on avait enfilé, sous les rires, des chasubles et des étoles, des employés municipaux aussi éméchés que leur maire. Parvenu à la Convention, le maire Pollart hoqueta un discours d’ivrogne : « Citoyens… nous vous apportons toutes les reliques puantes et les pourritures dorées qui existaient à Franciade. Nous vous prions de nous en débarrasser sans délai, pour que le faste catholique n’offense plus nos yeux républicains… ».

Je croyais que ces mœurs honteuses et barbares n’existaient plus chez nous ; que la haine revancharde ne subsistait plus que chez les socialistes espagnols (qui ont osé déterrer la dépouille du général Franco du mémorial de la « Valle de los Caïdos ») ou chez quelques voyous islamistes qui se plaisent à profaner régulièrement des cimetières chrétiens, sans que cela émeuve grand monde !

Or, j’ai appris, tout à fait par hasard, qu’à peine élue maire de Saint-Seurin-sur-l’Isle, vous avez débaptisé la place Raoul Salan et fait détruire les deux stèles qui s’y trouvaient. Ces deux monuments ont été payés par des fonds privés et j’ose espérer que la justice saura vous demander raison de ces démolitions abusives. Toute forme de vandalisme doit être sanctionnée !

De mon côté, je veux simplement vous rappeler, par cette lettre, que le général Salan a été un héros de toutes nos guerres. C’est à des gens de sa trempe que nous devons notre liberté.

 Engagé pour la durée de la guerre le 2 août 1917, il est admis à Saint-Cyr le 21 août 1917. Chef de section au 5e régiment d’infanterie coloniale (RIC), il participe aux combats dans la région de Verdun (Saint-Mihiel, Les Éparges, Fort de Bois-Bourru, Côte de l’Oie, Cumières-le-Mort-Homme). Il est cité à l’ordre de la brigade en date du 29 décembre 1918.

Volontaire pour servir au Levant, il sera grièvement blessé au combat d’Accham le 24 octobre 1921. Cité à l’ordre de l’armée et nommé chevalier de la Légion d’honneur, il est décoré sur son lit d’hôpital, à Alep, par le général Gouraud, haut-commissaire au Levant.

Le 5 juin 1940, Salan est en première ligne sur la Somme lorsque les Allemands déclenchent leur offensive après l’encerclement des forces françaises et britanniques à Dunkerque. Il est cité deux fois à l’ordre du régiment (12 et 13 juillet 1940), puis à l’ordre de l’armée. Il est promu officier de la Légion d’honneur le 21 août 1940.

Il prend le commandement du 6e régiment de tirailleurs sénégalais (RTS), en Corse, le 30 mai 1944. Il participe au débarquement de Provence à la tête de son régiment. Il atteint Toulon le 26 août 1944, après six jours de combats intenses sur l’axe Solliès-Pont, La Farlède, La Valette-du-Var et Toulon. Son régiment déplore 587 tués, blessés et disparus. 

Une nouvelle citation à l’ordre de l’armée rend hommage à son héroïsme. 

Le 14 novembre 1944, son régiment démantèle la résistance allemande dans la poche du Doubs. Le 23 novembre, il est à Blotzheim, dans le sud du Haut-Rhin. Par la suite, il libère Village-Neuf, Huningue, Loechle et l’usine hydro-électrique de Kembs.

Il est appelé au commandement de l’infanterie de la 9e division d’infanterie coloniale. 

Raoul Salan est promu général de brigade le 25 décembre 1944. Il a 45 ans. Il participe à la réduction de la poche de Colmar en janvier et au début de février 1945. Il est promu commandeur de la Légion d’honneur.

Il commande ensuite les troupes françaises dans le Nord du Viêt-Nam en mai 1947. Le 1er septembre 1947, il est nommé général de division. Du 6 décembre 1950 au 5 janvier 1952, il est adjoint militaire du général de Lattre de Tassigny, haut-commissaire en Indochine. 

Le 1er septembre 1951, il décroche sa quatrième étoile. Après un intermède parisien de 1954 à 1955, le général Salan est nommé, le 12 novembre 1956, commandant supérieur interarmées de l’Algérie (10e région militaire). Il prend ses fonctions à Alger le 1er décembre 1956…

Puis, le 21 avril 1961, Salan franchit le Rubicon pour respecter l’engagement pris devant les pieds-noirs et les musulmans pro-français de conserver l’Algérie française : le 22 avril il rejoint les putschistes d’Alger et devient officiellement leur chef.  Raoul Salan était le général le plus décoré de l’armée française. Il était titulaire de… 45 décorations françaises et étrangères. Il n’avait plus rien à prouver, plus rien à gagner. Mais, fidèle à la parole donnée, il a choisi « les voies de l’Honneur »

Il faudrait quelques dizaines de pages, pour résumer la carrière de ce grand soldat. Je vous invite à lire ses mémoires : un parcours exemplaire au service de la France.

On peut objectivement  lui reprocher deux choses : d’avoir laissé, en quittant l’Indochine, le dossier sur Diên-Biên-Phu à son successeur ; et d’avoir favorisé le retour du général de Gaulle, le 13 mai 1958, car il voyait en lui le « garant de l’Algérie française ». Mais dans les deux cas, il a seulement fait preuve de naïveté. En ce qui concerne son passage à la rébellion après le putsch des généraux d’Alger, on peut admirer l’homme et approuver son choix, c’est mon cas. On peut aussi le contester mais il a été jugé, sévèrement. Et il a payé sa loyauté par six longues années de prison. À la suite de l’amnistie votée en 1982, il a été réintégré dans ses prérogatives de général d’armée et de grand-croix de la Légion d’honneur. La France a donc officiellement reconnu ses mérites.

Madame l’amère, en faisant détruire des stèles rendant hommage au général Salan, vous vous mettez au même niveau que les indigénistes, racialistes, décoloniaux  etc. Qui saccagent ou déboulonnent les statues de nos grands hommes. C’est assez pitoyable !!! 

Je ne sais pas quelles sont vos accointances politiques, et je m’en moque. Une chose est certaine, vous êtes dans la mouvance imbécile qui appelle notre pays à une repentance totalement injustifiée. Par démagogie clientéliste à l’égard de l’immigration afro-maghrébine, le président de la République envisage de faire débaptiser des places, des rues, des avenues (on parle de 500 !), pour leur attribuer des noms de Noirs ou d’Arabes « méritants ». Vous avez anticipé en rebaptisant la place Raoul Salan de Saint-Seurin-sur-l’Isle. Je vous suggère de la rebaptiser du nom d’un des six chefs historiques du FLN algérien : Krim Belkacem, Mostefa Ben Boulaïd, Larbi Ben M’Hidi, Mohamed Boudiaf, Rabah Bitat, ou Didouche Mourad. 

Tant qu’à donner dans l’abject, Madame l’amère, faites-le jusqu’au bout !                                                                                                                     

Éric de Verdelhan

 

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2020 6 14 /11 /novembre /2020 09:17
 
 
 

Le collectif Territoires gagnants, qui rassemble des maires et des présidents d’associations, a mobilisé 101 élus locaux pour envoyer un message d’alerte au président de la République.

Selon nos confrères du Figaro, dans une lettre qui sera transmise à l’Élysée samedi, les signataires proposent de réserver 1% du plan de relance, soit 1 milliard d’euros, pour répondre aux urgences constatées dans des quartiers en grande souffrance.

Avec la crise sanitaire et ses conséquences économiques, les associations caritatives avaient déjà signalé une explosion des demandes d’aides (hausse de 50%) et l’apparition de nouveaux profils sociologiques parmi les bénéficiaires de la solidarité. Cette fois, élus et professionnels estiment que ces difficultés sont décuplées dans les banlieues et qu’il est primordial d’apporter une réponse avant l’effondrement.

Taux de chômage en hausse accélérée, paupérisation des emplois, croissance de l’aide alimentaire, triple baisse des revenus dans les foyers, du nombre de licenciés et des créations d’association … 

Parmi les 101 maires signataires du courrier adressé au chef de l’État trois ans après son discours de Tourcoing (Emmanuel Macron avait alors soutenu l’idée d’un nouveau pacte de confiance sur la politique de la ville), on retrouve le président des maires de France François Baroin (Troyes), Guillaume Delbar (Roubaix), Frédéric Leturque (Arras), Marie-Claude Jarrot (Montceau-les-Mines) ou encore Laurent Marcangeli (Ajaccio). 

Une situation… explosive.

 

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 14:29

Après une trop longue a

Après une trop longue absence , la blog va être prochainement réactivé et mis à la disposition des lecteurs.

Merci pour votre patience et de votre fidélité.....A très

bientôt.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2019 1 13 /05 /mai /2019 08:08

L’opération de libération des otages enlevés à la frontière du Bénin et du Burkina Faso a pris une dimension évidemment symbolique. Elle a opposé deux France. Il y a celle de la tradition puissante de notre pays, un pays guerrier, où l’honneur et la bravoure guidaient les comportements, où l’accomplissement du devoir s’accompagnait de panache ! Et puis, il y a l’autre France, celle des petits comptes et des menus plaisirs, celle où l’on s’offre une vie facile à partir d’une profession paisible et monotone, traversée de voyages qui donnent l’illusion de l’aventure, sans penser le moins du monde à la nation et à son avenir, celle de l’Homo festivus décrit par Muray.

Que la première ait toujours vécu à côté de la seconde en la protégeant, non sans parfois en recevoir mépris et sourires narquois, n’est pas une nouveauté. Simplement, c’est le tableau qui impressionne : deux membres de la première France sont morts pour permettre à deux représentants de la seconde de reprendre leur petite vie. Ils n’ont pas tiré les premiers pour préserver les otages.

La France, la première, est toujours capable d’héroïsme et d’action victorieuse, et l’efficacité de son armée, malgré des moyens limités et des missions de plus en plus nombreuses, vient encore de s’afficher. Mais on ne peut que constater l’indécence du bilan : deux militaires de haute valeur, expérimentés, malgré leur relative jeunesse, formés par des années d’entraînement d’un niveau exceptionnel, ont vu leurs destins brisés, ont laissé des familles endeuillées pour sauver deux touristes qui n’avaient rien à faire à la frontière du Bénin et du Burkina Faso, ce pays confronté au terrorisme islamiste depuis début 2016. Ils voulaient des photos. Ils en ont : celles des deux soldats d’élite morts pour les sauver. Leur retour dans un avion de la République, leur accueil officiel par le Président et deux ministres étaient tout-à-fait déplacés. On peut imaginer que M. Macron n’a pas voulu se priver de la page de pub prévue lors d’une opération précipitée, on espère, par autre chose que le calendrier. Ces deux personnes étaient en Afrique pour des raisons privées et ludiques : il ne s’agissait ni de médecins, ni de journalistes, ni d’employés d’une entreprise travaillant en Afrique. Une fois libres, on aurait dû les conduire à l’aéroport et leur faire acheter leur billet de retour !

C’est encore M. Macron – lequel a évité le service militaire – qui va, avec ses intonations théâtrales habituelles, prononcer un éloge funèbre aux Invalides. Tout cela sonne faux. On aimerait que les hommes qui décident du destin des autres aient, dans leur vie, montré qu’ils étaient à la hauteur des sacrifices qu’ils réclament des autres. Lorsqu’un gouvernant prend une décision qui engage des vies, on voudrait être sûr qu’il pense à l’intérêt supérieur du pays plus qu’à l’effet sur l’opinion. Il est vrai que les militaires, et notamment ceux des troupes d’élite, ont un idéal qui les porte à considérer le risque mortel comme un devoir. Pour autant, personne n’a le droit de gaspiller ces consciences rares et précieuses. Elles sont au service du pays, de son peuple, et non à la merci de calculs politiciens. Le terrorisme islamiste s’est répandu dans tout le Sahel en raison de la politique tortueuse menée par notre pays en Libye. 28 soldats français sont morts au Mali voisin dont l’instabilité est toujours perceptible, favorisée par les trafics en tous genres depuis la Libye. Il ne fallait pas que les otages passent la frontière malienne ? Un pays où l’armée française est présente ! 90 militaires français ont été tués en Afghanistan, dans un tout autre secteur d’opérations, sans que la sécurité ait été rétablie dans ce pays où l’on craint le retour des talibans au pouvoir !

Et lorsque nos soldats regagnent la France, ils voient celle-ci telle qu’elle devient : une France qui se décompose en communautés, d’une part grâce à une immigration accueillie les bras ouverts et les yeux fermés, d’autre part par un repli sur soi narcissique, où disparaît le patriotisme indispensable à la survie d’un pays. Ce patriotisme est la flamme qui animait Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, et qui animera toujours leurs compagnons d’armes.

Honneur à nos commandos !
Partager cet article
Repost0
11 mai 2019 6 11 /05 /mai /2019 05:58

Emmanuel Macron est entré officiellement en campagne contre le Rassemblement national. Marine Le Pen a rétorqué que si Emmanuel Macron perdait, il n’aurait plus qu’à démissionner. Le Président cherche-t-il à rejouer le match de 2017 ?

Il prend des risques. Depuis qu’il est élu président de la République, il est normalement élu Président de tous les Français. Il a plutôt un rôle d’arbitre qu’un rôle de chef de bande. Manifestement, voyant que les élections européennes ne se passent pas tel qu’il l’aurait aimé, il tente de prendre le leadership de la campagne et de s’imposer comme le leader de l’opposition au Rassemblement national.
Cela tend à prouver que le Rassemblement est, aujourd’hui, en position de force, et soutenu par des millions d’électeurs. Le Rassemblement national est, pour les élections européennes, un challenger de poids face à la coalition des partis majoritaires qui soutiennent monsieur Macron. C’est une bonne nouvelle. Nous sommes l’adversaire principal d’un président de la République failli.

Pourquoi votre parti est-il spécialement visé par le président de la République ?

Il y a plus d’un an, il avait mis sur le devant de la scène l’opposition présente entre les progressistes et les patriotes à l’échelle de l’Europe. Il a toujours dit que le combat était là et que c’était cette menace qu’il combattrait toujours. Aujourd’hui, il se retrouve derrière le Rassemblement national. Ses idées progressistes d’une Europe fédérale à domination allemande sont, aujourd’hui, contredites par le Rassemblement national et la liste menée par Jordan Bardella et Marine Le Pen. Il est très contrarié. La France est dans une telle situation et la politique de monsieur Macron nous a amenés dans un tel gouffre qu’il ne peut en être autrement. Le 26 mai, lors des élections européennes, les Français devront nous mettre devant la liste de monsieur Macron. Symboliquement, c’est quelque chose de très important.

Confirmez-vous les propos de Marine Le Pen ?

C’est lui qui transforme cette élection européenne en référendum pour ou contre la politique de monsieur Macron. Nous sommes contre. Si, demain, les listes qui s’opposent à monsieur Macron sont majoritaires dans le pays, il devra évidemment démissionner. Cela me paraît évident. Sinon, il n’y a plus aucun principe de responsabilité et les politiques se croient détenteurs d’un chèque en blanc à chaque fois qu’ils sont élus.
Ce n’est pas la démocratie. La démocratie, c’est aussi savoir remettre en jeu sa légitimité. Lorsque sa légitimité est mise en cause ou entachée, il faudrait qu’il remette son mandat en jeu. On sait très bien qu’il ne le fera jamais.

À 15 jours du scrutin, des soutiens d’emplois fictifs refont surface concernant votre tête de liste, Jordan Bardella. Que répondez-vous à ces affirmations ?

Je réponds que la politique de la boule puante ne prend plus. Tout le monde a très bien compris, qu’avant les élections, le pouvoir se sert de la Justice, des médias aux ordres pour tenter de discréditer les adversaires de monsieur Macron ou du pouvoir en place. Je le dis très clairement, les Français s’en moquent ! Ils ont bien compris que cette affaire d’assistants n’était pas une affaire d’enrichissement personnel et une affaire de corruption, mais qu’il s’agit d’une affaire destinée à nuire et à mettre en difficulté des adversaires politiques. C’est encore pire avec monsieur Bardella parce qu’il n’est poursuivi par personne et n’apparaît dans aucune enquête. Ce procédé est encore plus mesquin et plus douteux que pour les autres députés qui sont aux prises avec la Justice dans cette affaire.

Partager cet article
Repost0
9 mai 2019 4 09 /05 /mai /2019 07:35

Il y a 65 ans Dien Bien Phu tombait...

Rédigé par C.Piquemal 
Classé dans : Paroles de français Mots clés : aucun
Dien Bien Phu, 7 mai 1954. Dien Bien Phu, 7 mai 2019.
Soixante-cinq ans séparent ces deux dates. Et pourtant c’était hier…
Dien Bien Phu fut la plus furieuse, la plus gigantesque, la plus longue bataille du Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient. 170 jours d'un affrontement meurtrier, dont 57 jours d'enfer.
Aujourd’hui, 65 ans après, presque tous ces soldats de l’Union française, ont disparu ; les autres, de l’ordre d'une petite centaine, sont très âgés.

Aujourd'hui, ces survivants commémorent dans leur cœur et leur esprit le dernier grand combat du 20eme siècle, devenu une épopée, en ayant une pensée émue pour tous ceux qui se sont sacrifiés, pour ceux et celles qui souffrent encore, pour tous les Anciens des pays associés toujours en servitude.

Il y a maintenant juste 65 ans, le 7 mai 1954, après cinquante-sept jours d'épouvantable vacarme, de sang, de fureur, de fracas des armes, de combats au corps à corps dans un décor devenu dantesque, un silence incroyable, irréel, un silence pétrifiant s'abat brutalement sur la cuvette de Dien Bien Phu.

La mort dans l'âme, le commandant de la garnison, le général Christian de Castries, promu au cours du siège, a donné l'ordre de cessez-le-feu à 17 h 30 avec consigne de détruire auparavant le maximum de matériel. Après 57 jours de combats acharnés, de souffrances inhumaines, de courage, d’héroïsme, les combattants de l’Union française cessaient le combat du camp retranché.

Dans les tranchées noyées par les pluies de mousson, les soldats épuisés, hagards, à court de munitions, assaillis par l'odeur des cadavres qui gisent autour d'eux, attendent que les petits hommes verts aux casques de latanier viennent les faire prisonniers. Beaucoup sont blessés, soignés par des pansements de fortune. Ils ne savent pas encore qu'un autre calvaire les attend : celui des camps inhumains, des lavages de cerveau, de la mort à petit feu sous la férule de commissaires politiques qui, avec une méticulosité bureaucratique, voudront obtenir l'expiation de leurs péchés capitalistes.

Parachutistes, légionnaires, artilleurs, fantassins, transmetteurs, aviateurs, marins de l’aéronavale, tirailleurs nord-africains, soldats vietnamiens et vous les tribus montagnardes, vous les maquis disséminés dans la jungle à l’écoute de l’agonie de vos camarades, vous tous qui de près ou de loin avez vécu cette tragique épopée, soyez tous honorés par la France.

Durant 57 jours de combat impitoyables, de souffrances indescriptibles, ce n’est pas le courage qui vous fit défaut mais la vie et le monde qui vous abandonnèrent.
Vous aviez cru avoir connu les horreurs les plus atroces, la boue, le sang, la mort horrible des combats en un mot l’enfer, et que rien de pire ne pouvait vous arriver et pourtant… submergés par une marée fanatisée, politisée, ivre de revanche, vous deviez durement payer le prix de votre abnégation et de votre magnifique courage au combat par l’humiliation des camps Viets et singulièrement celui de l’infâme, du sinistre et funeste Boudarel, le camp 113. Dans ces camps abominables, 7600 de vos camarades, victimes d’une barbarie idéologique d’un autre âge que l’on croyait pourtant révolue, ont sombré et péri corps et âme dans cet effroyable tourbillon. Cette hécatombe, ces crimes seront soigneusement occultés pendant plus de 30 ans. Nous avons donc, au nom de l’histoire et pour cet anniversaire, l’impérieux devoir d’en témoigner.

Mais au-delà de l'aveuglement passionnel du choc des combats et aussi paradoxal que cela puisse paraître, ces huit années de conflit ont permis à une Nation d'Occident, la France, d'approfondir avec ce pays d'Orient une compréhension culturelle mutuelle. Par le bol de riz partagé, par le plaisir de vivre en commun, par de réelles amitiés, liées souvent au hasard de fugitives rencontres, l’Armée française a donné de l'Occident une image qui ne se limitait pas au coca cola et à l'argent facile. Elle a laissé de notre pays un souvenir dont la qualité se révèle dans le temps. Les Français sont aujourd'hui chaleureusement accueillis au Vietnam, quand leur retour n'est pas espéré. Ils le doivent à tous ces combattants admirables dont la rage de vaincre et le courage émurent le monde entier.

N’oublions jamais que ces soldats se sont battus pour la France, sur ordre de son gouvernement, pour défendre la liberté de pays amis face à l’agression marxiste. N’oublions jamais encore que si la plupart des Français restèrent indifférents, certains prirent ouvertement parti pour nos adversaires, sabotant nos armes dans les usines, agressant nos blessés dans les ports et, comble de l’ignominie, participant à l’encadrement de nos prisonniers dans les camps Viets au taux de mortalité record.
N’oublions pas non plus - amère ironie de l’histoire - que très rapidement des évènements douloureux confortèrent à posteriori nos raisons de combattre : l’exode éperdu de centaines de milliers d’êtres humains fuyant le paradis de l’oncle HO, puis l’effroyable génocide cambodgien, enfin le rejet quasi unanime par la population de cette funeste idéologie marxiste, la plus grande imposture du 20eme siècle. Tous ces drames donnent aujourd’hui toute leur valeur aux sacrifices consentis en Indochine et tout son sens à la phrase du général De Lattre de Tassigny s’adressant aux combattants de l’Union Française :
"Nos adversaires se battent vaillamment pour une mauvaise cause, Et nous nous battons à vos côtés pour une juste cause et un Vietnam libre et indépendant.."

Rappelons enfin combien notre armée de professionnels a donné sur ce théâtre du bout du monde, dans l'indifférence de la Nation, la mesure de sa valeur militaire. Elle s'est là-bas magnifiquement bien battue, et combien de Bazeilles, de Sidi-Brahim, de Camerone resteront inconnus, mais qui comptent au capital des gloires de nos armées. Notre Armée peut être fière de cette page de son histoire, une des plus belles qu'elle a écrite. Elle a su trouver en elle, et en elle seule, la force de faire valoir les plus fortes vertus militaires : le courage, l'abnégation, le sacrifice.

Nous le devons à tous ces prestigieux soldats qui sont tombés là bas en terre indochinoise. Ils s'en sont allés en pleine jeunesse et le souvenir que la France garde d'eux est celui de leur héroïsme d'alors. Ils ne connaîtront pas le lent naufrage auquel personne n'échappe lorsque le temps est venu. Dormez en paix, chers frères d'armes, la mémoire de ceux qui ont eu l'honneur de vous succéder vous conserve en vie pour l'éternité. Nous gardons de vous l'image de la force et de la jeunesse, de cette jeunesse dont vous avez fait don à la France.

L'héroïsme et le courage démontrés par les soldats de Dien Bien Phu ont frappé le monde libre tout entier. L'esprit de sacrifice et la qualité exceptionnelle de la résistance que cette garnison a manifestés furent si grands que cette bataille restera toujours le symbole de la volonté de ce monde libre de lutter pour la liberté et d'affirmer son droit de disposer de son destin et sa foi en la dignité de l'être humain.

Ceux qui ont combattu, qui sont morts et qui ont souffert à Dien Bien Phu, doivent savoir qu’aucun de leurs sacrifices n’a été vain et que la France restera fidèle aux causes pour lesquelles ils se sont battus si noblement. Ils méritent notre admiration, la fierté, la gratitude et la reconnaissance de la France. Leur courage est à jamais exemplaire. Aujourd'hui, soixante cinq ans après, le devoir de mémoire et du souvenir s'impose. Le 7 mai 2019, la Nation et les Français se doivent de saluer et de rendre un hommage vibrant et solennel au sacrifice de ces héros. C’est un honneur que les soldats de DBP ont bien mérité.

Aujourd'hui, nous tous Français, de quelques origines que nous soyons, en union et communion avec tous ceux qui se recueillent et se souviennent de par le monde, nous inclinons devant la mémoire de tous ces héros et rendons un hommage solennel aux 3420 tués ou disparus dans la cuvette, aux 7600 prisonniers qui moururent dans les camps et aux 3290 survivants de Dien Bien Phu dont quelques uns sont encore vivants. J’associe à cet hommage, tous les combattants d’Indochine qui pendant huit ans de 1946 à 1954, au service de la France, ont défendu le monde libre. Honneur à eux! Que gloire et paix leur soient rendues ! Que le devoir de mémoire fasse que la France ne les oublie jamais !
 

Christian PIQUEMAL
Président du Cercle de Citoyens Patriotes
 
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2018 2 16 /01 /janvier /2018 11:47

Communiqué de presse du 8 novembre 2017
Sanction contre Radio Courtoisie : honte au CSA
 

On peut lire sur le site du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel le texte suivant :

«Assemblée plénière du 4 octobre 2017
Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a prononcé à l’encontre de l’association Comité de défense des auditeurs de Radio Solidarité (CDARS) une sanction pécuniaire d’un montant de 25 000 euros à verser au Trésor public, soit près de 3 % de son chiffre d’affaire (*) Il a observé qu’au cours de l’émission du 28 mars 2016, des propos de nature à encourager des comportements discriminatoires à l’égard des personnes en raison de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion avait été tenus...

(*) Le montant de la sanction pécuniaire (article 42-2 de la loi du 30 septembre 1986) doit être fonction de la gravité des manquements commis et en relation avec les avantages tirés du manquement, sans pouvoir excéder 3 % du chiffre d'affaires.»


On constate donc que la sanction prononcée s’élève au maximum prévu. Bien que le CSA ne le précise pas, on comprend que les propos incriminés sont ceux de François Foucart, indiquant que, d'après la lecture du Coran, l'islam est une religion de haine.

Ainsi donc, alors que des dizaines de personnes sont tuées au nom d'Allah, en Europe et aux Etats-unis, le CSA prend la responsabilité de mettre en grande difficulté financière une radio qui a dit une vérité à propos de l'islam : les membres du CSA ont-ils jamais lu le Coran ? Certes, tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais nos autorités refusent obstinément de voir que la violence du terrorisme islamiste a bien sa racine dans le Coran.

Avec tous ceux qui veulent défendre notre civilisation, travaillons à ouvrir les yeux de nos dirigeants sur le danger immense que comporte la diffusion de l'islam.

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2018 3 03 /01 /janvier /2018 09:00
Un coin de cauchemar

Suède.jpgGeorges Feltin-Tracol

On compte sur Terre d’immenses immondices étatiques, des cloaques sociétaux, de grands champs de déchets constitués de sociétés en décomposition dépassée. On pourrait citer le Kossovo, la République turque de Chypre du Nord, la Bosnie-Herzégovine, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, l’Arabie Saoudite, le Koweit, la République tricolore hexagonale, le Canada multiculturaliste ou les États-Unis d’Amérique. Il n’en est rien. Malgré tous leurs défauts exemplaires, les États-Unis pour ne prendre que ce cas précis conservent encore une relative liberté d’expression et le droit fondamental de porter des armes.

L’antichambre avancé d’un monde franchement cauchemardesque se trouve à trois heures environ d’avion de Paris : la Suède. Après avoir ouvert ses frontières aux immigrés clandestins, poursuivi de sa vindicte le dissident australien Julian Assange, presque exclu l’argent liquide des échanges de la vie quotidienne et rétabli le service militaire obligatoire afin d’empêcher une fantasmatique offensiverusse, preuve du complotisme aigu délirant qui infecte Stockholm, la Suède s’était assise le jour de Noël 2014 sur ses propres valeurs soi-disant démocratiques. Soucieuses d’éviter des législatives anticipées pour le printemps 2015, majorité et opposition concluaient ce jour-là un pacte presque décennal de gouvernement qui ostracisât les Démocrates de Suède, un mouvement qualifié d’« extrême droite », sans que ce bannissement n’indigne les médiats pleurnichards.

Le gouvernement minoritaire socialiste – pseudo-écologiste suédois vient d’adopter de nouvelles règles gynocratiques. L’excellent blogue de Lionel Baland nous l’apprend dans une note du 20 décembre dernier. À compter du 1er juillet 2018 s’appliquera dans cette société largement pourrie le « contrat sexuel ». Marié ou non, l’homme devra obtenir de son épouse, de sa maîtresse ou de sa conquêted’un soir l’autorisation explicite d’avoir avec elle des relations sexuelles. Verbal, cet accord aura plus de poids s’il est rédigé. À quand la présence obligatoire de l’avocat, de l’huissier ou du notaire pour y tenir, sinon la cravate, la chandelle ?

Rappelons qu’en 2011, la cour d’appel d’Aix-en-Provence condamna un homme à verser 10 000 euros à sa femme qui remportait aussi le divorce pour avoir manqué à son devoir conjugal pendant plusieurs années, causant ainsi un « dommage considérable » à réparer financièrement. Bref, quoi qu’il fasse, le mâle blanc hétérosexuel va devoir cracher le pognon. Et on sanctionne déjà les clients des prostituées…

Ce n’est pas tout. La législation suédoise va aussi intégrer deux nouveaux délits surréalistes : l’attaque sexuelle par distraction et le viol par distraction. Une femme au matin d’une nuit d’ébats pourra engager des poursuites contre son partenaire si elle change d’avis et regrette d’avoir succombé à ce séducteur ! L’arbitraire et la subjectivité deviennent des éléments déterminants du sale droit suédois !

La tyrannie matriarcale s’épanouit près du Cercle polaire Arctique. La Suède totalement détraquée et dégénérée semble, hélas !, préfigurer le sombre avenir d’une Europe post-historique. Qui osera euthanasier la patrie d’adoption du traître Bernadotte ?

Bonjour chez vous, et à l’année prochaine !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 59, diffusée sur Radio-Libertés, le 29 décembre 2017.

 

2

Partager cet article
Repost0
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 16:54
NON, MONSIEUR MACRON !

NOS AÏEUX N'ÉTAIENT PAS DES CRIMINELS !

Les propos du candidat à la Présidence prononcés à Alger sont proprement scandaleux ! Assimiler l'Histoire coloniale de notre nation a un crime contre l'humanité constitue un honteux révisionnisme !


Nous, Pieds-Noirs, Harkis, nous insurgeons contre cette nouvelle insulte faite au Peuple français !

Parce qu'il est important que la vérité soit dite et répétée, parce que personne n'a le droit de souiller la mémoire des Français Pieds-Noirs, Harkis ou Français de métropole attachés à l'Algérie, parce que beaucoup ne sont plus là pour témoigner, avec fierté, par respect pour nos familles.

Partager cet article
Repost0